Hunger Games: l’embrasement (critique)

catching-fire1.

On m’a longtemps présenté le premier Hunger Games (réalisé par Gary Ross) comme un « Battle royale  du pauvre à la sauce Twilight », description qui ne donnait pas franchement envie ! J’ai vu le film il y a quelques semaines, et j’ai pourtant été agréablement surpris. Déjà, parce que le film est très correct : plutôt bien dirigé et plaisant à suivre, il s’adresse assurément aux ados autant qu’aux adultes. D’autre part, parce que le concept développé n’a au final rien à voir avec Battle Royale : le jeu n’étant qu’un des rouages de l’intrigue et les thématiques étant bien différentes. Après le visionnage, j’avais donc bien envie de voir le deuxième opus afin de savoir la suite. Vendredi soir, il y avait foule au cinéma. Et moi qui pensait que les gens seraient tous sagement devant leur PlayStation 4 !

.

Hunger Games : L’embrassement est clairement une bonne suite. Cette fois, j’ai trouvé que le scénario prenait une tournure vraiment intéressante, en s’attardant notamment sur les conséquences des actes de Katniss Everdeen (Jennifer Lawrence) sur le monde de Panem. L’héroïne devient en effet malgré elle le symbole d’une révolte violente et hors de contrôle. Le thème de la manipulation médiatique et de la propagande est également au cœur de film, montrant un président Snow (Donald Sutherland) prêt à tout pour maintenir l’ordre. L’expression issue de la Rome Antique « Que veux le peuple ? Du pain et des jeux ! » prends tout son sens dans l’univers de Hunger Games, qui abuse de jeux et de spectacles pour endormir les aspirations des citoyens, l’autorité frappant réellement hors des caméras. Les personnages (surtout des jeunes adultes) réagissent avec justesse, et hormis le triangle amoureux un peu mièvre, on est loin de la stupidité d’un film « pour ados ». Le casting est presque impeccable, Jennifer Lawrence en tête, mais aussi Stanley Tucci et Philip Seymour Hoffman toujours bons. Cette suite est aussi plus sombre, plus violence que le premier opus. Oui, violente. Beaucoup de gens pensent que la violence, c’est forcément quand on voit du sang. Ici, classement oblige, il n’y a pas de scènes gores, et les gens meurent « proprement » Cela n’empêche pas l’existence de scènes assez brutales qui accentue la gravité des événements.

.

Sale et flamboyant à la fois, l’univers futuriste de Hunger Games est d’ailleurs très proche de l’idée que l’on a de l’empire romain et des pratiques de l’époque (orgies, jeux à morts dans des arènes, provinces…) Même le design architectural s’en inspire grandement, notamment la scène de la présentation des candidats qui se déroule dans un lieu ressemblant à s’y méprendre à un cirque romain. Dommage que le background ne soit encore pas assez développé à mon goût, j’aurais aimé en voir plus du capitole, des autres districts, voir les grands dirigeants…) J’ai étrangement une fascination pour les œuvres qui dépeignent les mécanismes du totalitarisme ! La direction artistique est malheureusement inégale : les décors sont globalement peu inspirés (à la Equilibrium), quand les costumes sont tout bonnement incroyables. J’adore notamment les vêtements crées pour le personnage de Effie Trinket (Elizabeth Banks). Les goûts et les couleurs, j’apprécie toujours l’extravagance vestimentaire dans la Science fiction. La mise en scène du film est efficace, mais trop classique. J’aurais aimé quelque chose de plus ambitieux, et plus épique. Plus de plans larges par exemple. Comme si le budget était toujours un peu juste.

.
Globalement, j’ai beaucoup apprécié ce second volet, qui compote quelques soucis (un peu mal rythmé, montage..) mais qui reste très agréable et prenant. Je suis très curieux de voir les deux prochains films.

Le verdict : BIEN SYMPA !

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s