Ma passion pour le jeu vidéo

1284557561_ff7_2728

Je suis toujours surpris de découvrir que certaines personnes se souviennent sans difficultés de leur tout premier jeu vidéo. J’en suis pour ma part, parfaitement incapable. Je me rappelle évidement de certains jeux qui m’ont marqués, mais mon premier jeu…Non, vraiment je ne vois pas ! J’ai l’impression que, depuis tout petit, j’ai eu naturellement accès à ce média sans avoir été confronté au choc de la découverte. Aussi banal dans mon esprit que le cinéma, la bande dessinée, la musique…J’ai grandi avec. Cependant, certains jeux, par leurs qualités, m’ont totalement émerveillés et on fait de moi bien plus qu’un simple consommateur de jeux. Ils ont forgés ma passion pour le média, et m’ont convaincu que le jeu vidéo pouvait être autre chose qu’un divertissement improductif.

Évidement, je ne cherche pas ici à définir ce qu’est un « vrai » passionné de jeux vidéo ; je n’aurais pas cette prétention. Je vous expose juste ma propre expérience vis à vis du Gaming, que je considère depuis 10 ans comme MA grande passion. Je ne m’imagine pas vieillir en l’abandonnant. Comme certains qui se disent enfin « mature », parce qu’ils ont rangé leur console de jeu au placard ! Je m’imagine pas vivre sans, c’est l’un de mes gros centres d’intérêts (après l’étude approfondie des rousses). Je joue, collectionne les jeux, m’informe quotidiennement sur les nouveautés, et surtout m’intéresse sans retenue à ce qui gravite autour: histoire globale du jeu vidéo, créateurs et artistes, influences. Je veux tout savoir !

C’est plus qu’une utilisation brute des jeux : c’est des heures et des heures de recherche, de lectures, de partage, de discussions sur les forums. Me contenter de simplement consommer n’est pas suffisant pour assouvir ma passion. Je me souviens, adolescent, avoir passé du temps à dessiner les cartes de Final Fantasy IX, imaginé de nouveaux airships qui auraient pu s’intégrer à l’univers. Dans mon agenda, j’avais également collé des artworks de mes jeux favoris, avec certains lieux emblématiques comme Canyon Cosmos de FF7, ou le manoir Croft de Tomb Raider. Quand j’avais un nouveau jeu, je n’arrivais pas à dormir en pensant à toutes les possibilités qu’il me restait à découvrir. Trop excité. J’emportais les notices dans mon sac d’école pour les lire aux inter-cours.

url

Pourtant, quand j’étais jeune (avant mes 12 ans) je voyais surtout le coté purement mécanique du jeu vidéo. J’avance, je tue le boss, je vais au prochain niveau. Et le temps passe, et c’est l’heure d’aller au lit. Cela ne me faisait pas autant réfléchir ou fantasmer que quand je lisais un livre ou une bande dessinée de Tintin. La technique de l’époque y était pour beaucoup. Aujourd’hui encore, une bonne partie des «Hardcore Gamers » apprécient et pratiquement principalement les jeux vidéo pour le gameplay, pour le challenge apporté. Un peu comme une compétition contre la machine et contre les autres joueurs. Se dépasser, dépasser les autres. Des gamers peuvent jouer à Call of Duty tous les soirs sans jamais se lasser, comme si ils pratiquait un sport quelconque. Le reste est cosmétique.

Étrangement, je n’apprécie pas le jeu vidéo pour ça. Ce n’est pas pour le challenge que j’aime les jeux vidéo, mais pour le dépaysement unique qu’ils savent m’apporter. Je me vois plus comme une sorte d’aventurier vidéo-ludique, parcourant et explorant des mondes virtuels fascinants (ou très buggués).

1284557561_ff7_2728

J’ai en effet la chance d’avoir un cerveau très crédule, qui se laisse rapidement emporter dans des univers imaginaires, même si ce dernier n’est en réalité qu’un tas de pixels dégueulasses. J’y crois. Et j’y plonge en saut de l’ange. Quand je lance Grand Theft Auto V, je prends un billet pour Los Santos, je m’immerge dans son univers et m’intéresse à ses secrets, ses personnages, son histoire. Je n’y vais pas pour faire le meilleur score, finir le plus de missions ou remplir un objectif. Le background, la direction artistique, l’ambiance, l’interactivité sont pour moi les éléments primordiaux d’un bon jeu. C’est pour cela que les Final Fantasy m’ont tellement marqués sur PlayStation: c’était avant tout de formidables voyages.

pz227wo2

La plupart de mes jeux préférés essayent d’être plus qu’une énumération de challenges : ce sont des portes vers des univers parallèles crédibles. Et moi, je viens y faire mon gros touriste avec ma chemise hawaïenne et mon appareil photo argentique. Vous savez, je fais mon Dwayne (voir la série Les chevaliers de Baphomet) Et j’oublie, le temps d’une partie, que le monde réel manque cruellement de fantaisie. Se surprendre à admirer la beauté d’un coucher de soleil, pourtant composé de lignes de code, c’est presque magique. Rien n’est vrai.

url

Je ne sais pas si le jeu vidéo est un art (et à vrai dire, je m’en fou) mais pour moi, c’est un peu le média ultime sur le papier : il combine tous les talents, toutes les formes de créativité, et l’interactivité qu’il offre lui donne un avantage non négligeable : Une profondeur. J’adore certains films, certaines séries, mais souvent, je ne me pas m’empêcher de rêver : ce serait tellement génial si on pouvait explorer tel lieu, si l’on pouvait incarner tel personnage, si l’on pouvait changer l’histoire  ! (C’est mon ptit coté David Cage) Voir Batman au cinéma, c’est cool mais incarner pleinement le Dark Knight, ce serait encore mieux ! Je suis souvent attristé de voir la nullité de certaines adaptations de licences en jeux vidéo, tant le potentiel est énorme.

Le jeu vidéo permet d’accomplir de vrais fantasmes: être un assassin chauve, un sorceleur ou un écrivain en plein délire, faire des choses que l’on ne peut faire qu’en rêve. Je crois très naïvement que le jeu vidéo est l’expérience qui se rapproche le plus du rêve, et la technologie Occulus Rift risque d’aller encore plus loin. Évidement, le média reste encore très limité dans le domaine. C’est encore souvent un bête passe temps. Le jeu est prisonnier de son langage, de ses propres mécaniques, de la mode aussi. Mais je prends un plaisir fou à jouer à des jeux tels que Red Dead Redemption, Bioshock Infinite ou Journey rien que pour leurs aspects purement immersifs, ou les histoires qu’ils me racontent. Les émotions qu’ils me procurent.Il reste encore tant à faire, tant à améliorer, tant à créer.

Malgré les dérives commerciales, je reste très curieux de l’avenir du média. J’espère par exemple voir des jeux plus intelligents, plus engagés, plus porteurs d’un réel propos. La consensualité générale et l’envie de trop plaire rendent les jeux actuels très fades. L’essentiel des productions, même les jeux 18+ semblent raconter toujours la même chose, de la même manière. Sans heurter personne. Mais sans marquer personne non plus.

hy1iki4k

Des créateurs comme Hideo Kojima ou Sakaguchi arrivent pourtant déjà à créer des jeux qui interpellent et qui poussent à la réflexion. Il y a des centaines de jeux de guerre, et malgré tout peu d’entre eux évoquent réellement le sujet ! Il faut voir la différence de ton entre un Call of Duty et un Zero Dark Thirty par exemple ! Alors, on va me dire que le jeu vidéo doit rester un divertissement neutre. Je ne suis pas d’accord. Le cinéma ou la littérature arrive très bien à s’affranchir du politiquement correct, et à prendre parti, à évoquer les choses qui fâchent, qui divisent, qui bouleversent. Comme pour le cinéma, j’espère que le jeu vidéo va un jour pouvoir proposer une réelle diversité, à travers des œuvres pilotés par des auteurs. Et non des chefs de projets.

Voila, cet article est un peu parti dans tous les sens (!) mais j’espère que vous aurez compris l’essentiel. Le jeu vidéo est ma plus grande passion, et je ne pense pas l’abandonner de si tôt. « The Best is yet to come ! »

Et vous,êtes vous des passionnés convaincus, ou voyez vous le jeu vidéo comme une simple distraction ?

Publicités

4 réflexions sur “Ma passion pour le jeu vidéo

  1. Intéressant, très intéressant comme approche et comme digression autour du jeu vidéo. Je suis comme toi, je crois dans le jeu vidéo comme objet culturel porteur d’émotion et porteur de valeurs métaphysiques, mais je ne suis pas convaincu que jouer est une expérience proche du rêve ; et je trouve d’ailleurs que plus un jeu offre de la liberté aux joueurs plus il perd de la force dans ce qu’il véhicule ; les jeux les plus marquant pour moi sont les jeux les plus « linéaires » et qui valorise gameplay et narration plutôt que liberté arbitraire. Mais peut être que ça ne s’oppose pas au rêve, enfin pour moi le rêve suppose une part de liberté de faire ce que l’on ne ferait pas dans le réel.

    Bref bon article 🙂

    • Merci
      > Pour le coté Rêve, ça ne s’applique évidement pas à tous les jeux, mais je pensais par exemple à Journey. C’est le genre d’univers et d’experience qui n’est possible que sur ce média. C’est une comparaison exagérée.

      > Je me sens pas forcément libre dans mes rêves, par contre. J’ai souvent l’impression de subir le même type de scénarios « la poursuite, une peur quelconque…) Quand je vois un type jouer avec l’occulus rift à un jeu d’horreur, ca me rappelle certains cauchemars.

      > Ça reste un article qui survole pleins de choses. Pour rentrer dans le détail, il y aurais des tas de contre exemple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s