Pourquoi je ne passe pas (encore) à la next-gen

the_witcher_3_wild_huobuxr

«Tiens donc, toi qui aime les jeux vidéos, t’a pas encore une nouvelle console ? » Étonnamment, pour le moment, la next-gen (comprenez PlayStation 4 et Xbox One) ne m’intéresse pas tant que cela. Pourtant, en 2007, j’étais parti travailler à la sueur de mon front à Rupture Farms (ou tout comme) pour me payer ma première PlayStation 3, que je désirais ardemment. Je me sentais minable avec ma vielle console et j’étais émerveillé par les graphismes et les possibilités des nouvelles machines (et la propagande des constructeurs !) Aujourd’hui, rien ne me donne envie de « sauter le pas ».

Voila pourquoi je ne passe pas encore à la next-gen :

Les premiers se font toujours entuber.

On ne le dira jamais assez mais les premiers acheteurs payent souvent les pots cassés. A chaque générations, les éditeurs nous promettent des consoles fiables, et quelques mois plus tard, c’est généralement l’hécatombe. Je me souviens qu’a la sortie de la PS3, des sites l’avaient foutus dans un congelo, dans un four pour tester sa résistance incroyable. Et la machine fonctionnait encore ! « Increvable cette console, merci Sony !» s’écriaient quelques fanboys, le portrait de Ken Kutaragi tatoué sur le cul. Deux ans plus tard, ma PlayStation 3 payée 600 euros faisait un Yellow Light Of Death. Et les fanboys me disaient sur les forums « Soit tu mens, soit t’a maltraité ta console » Sympa. Sans compter les grosses baisses de prix dès la première année qui me faisait regretter de l’avoir pris si tôt. Que l’on ne me dise pas que cette fois, « Les constructeurs ont compris, les consoles sont fiables». Quand on voit que aujourd’hui encore, Sony fait tout pour garantir son matériel un an seulement au lieu de deux…

Un fossé générationnel pas si grand

motor

« Non mais la c’est les jeux de première génération, attends de voir quand la console sera maîtrisée» Oui et non. Personnellement, j’ai trouvé dès le départ que le fossé graphique 128 bits – Génération HD était vraiment immense. J’ai pris de vrais claques avec des jeux comme MotorStorm (les effets de boue!) ou Gears of War (la découverte des shaders ) Ici, la PS4 et la Xbox One propose de belles choses, mais rien de comparable, on est pas face à une révolution. C’est vraiment l’amélioration de tout ce que l’on connaît déjà, sans réelles grosses nouveautés technologiques. La marge de progression technique sera également moins importante qu’a l’époque de la PS3. De même, à l’époque de la Xbox360 on avait l’impression (naïve !) d’avoir un PC dans notre salon. On pouvait lire nos vidéos, nos images, notre musique, aller sur le web. Cela représentait un changement radical avec la génération précédente qui présentait à peine un menu pour les options. Et la console était réellement connectée (bien plus qu’avant, j’entends) La PS4 et la Xbox One n’apporte aucune révolution à ce sujet, c’est le même écosystème et le prolongement de la gen précédente (mêmes systèmes de récompenses, même features, menus très proches…) Dans le cas de la Xbox One, le menu est quasiment le même. Je suis donc logiquement moins séduit.

Ou sont les jeux ?

J’achète une console quand de bons jeux sortent dessus. Pour le moment, je n’ai pas vu de quoi faire sauter une braguette. Les joueurs Next Gen que je connaissent passent plus de temps à s’astiquer sur des remasters que sur des jeux inédits. Ou jouent à…FIFA ! Payer 400 euros pour jouer à des jeux que j’ai déjà, avec trois poils de cul en plus ne me fait pas plus rêver que ça. J’attends donc au moins la sortie The Witcher 3 pour me décider à prendre une PS4.

xbox

On est pas si mal sur Old Gen !

Je pense avoir joué à tous les gros jeux de la old gen, mais je suis encore loin d’avoir tout terminé ! Sur Xbox 360, j’ai par exemple adoré The Saboteur, qui n’est pas un « grand jeu » pour la presse et la majorité des joueurs. J’ai également beaucoup acheté de titres sur cette old gen, et je n’ai pas envie de tout foutre au placard. Évidement, je sais bien que je pourrais très bien «rebrancher la console et y jouer à nouveau » si le cœur m’en dit. Mais je regarde mes pauvres jeux PS2 que je n’ai pas utilisé depuis la mort de ma PS3 rétrocompatible..Je me doute que le destin de mes jeux Xbox360 / PS3 sera le même. Et je sais également que si je commence à jouer à sur next gen, ma centaine de jeux « périmés » ira moisir au fond d’un carton pour l’éternité. Je préfère donc continuer de « rentabiliser » la gen précédente tant qu’elle m’attire encore. Je m’amuse encore dessus et je n’ai pas encore l’impression de faire du retro-gaming. Donc, ça va. Et j’ai encore des dizaines de jeux à faire ou à terminer.

La next-gen rends con ?

lastof

Ce sous titre est un peu provocateur, mais il résume bien ma pensée. Depuis la sortie de la PS4 et de la Xbox One, il ne se passe pas un jour sans un article de presse parlant de 1080p, de 60fps…Si je suis tout à fait d’accord pour dire que la technique pure à son importance (je regrette justement le manque de fossé entre les deux générations !) on en arrive souvent à lire des choses débiles. La guerre des consoles est alimenté en permanence par des techniciens du dimanche, fanboys aveugles et journalistes qui nous vendent certains jeux « useless » mieux que les éditeurs eux même ! Les early adopters tente de se rassurer après avoir craché plusieurs centaines d’euros et hurlent partout sur le web. Moi je reste totalement halluciné par le nombres de gens qui ont fini The Last of Us il y a moins d’un an et qui vont RACHETER le jeu plein pot. Avec le sourire, évidement «Merci Naughty Dog pour cette superior version » Parce que bon, 1080p – 60fps quoi ! Heureusement, ce climat de crétinerie s’atténue logiquement quand les machines «next gen » se banalisent.

Publicités

Dessins: Entrainement #02

entrainement__02_by_kolia_fox-d7l0rfz

Réalisé d’après photos. Représente (vite fait !) de célèbres personnages de la saga Game of Thrones de HBO. N’a pour simple vocation de m’entrainer à la pratique du dessin sur tablette graphique, il ne s’agit pas de décalquage mais de recopiage. Diffusé sur DeviantArt il y a plusieurs semaines déjà, cliquez ici si vous voulez voir le rendu du premier exercice.

American Bluff (critique)

american-hustle-poster

American Hustle est un film américain réalisé par David O’Russel, avec Christian Bale, Amy Adams, Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Jeremy Renner. Ce film se déroulant dans les années 1970, s’attarde sur les méfaits d’un couple de faussaires. Le film tourne autour du théme du mensonge et de l’escroquerie.

Ayant beaucoup aimé le mal nommé « Hapiness Therapy » (ici pour lire ma critique) je pensais vraiment que ce American Bluff (American Hustle en VO) serait au moins aussi bon. Au final, on à le droit à un film sympa, mais qui est loin de me convenir totalement. Le casting est bon et semble s’éclater (mais presque trop en fait) donnant l’impression que chaque acteur se fait plaisir avant tout. Un vrai délire capillaire ! Il suffit de voir Christian Bale, excellent dans le film avec sa coupe de cheveux improbable et son allure de beauf ! La réalisation est soignée, les costumes et décors sont vraiment tops, mais le scénario pêche sensiblement par son manque de surprises. On a le droit au bon vieux coup de l’agent de la CIA, qui fait bosser des criminels pour en piéger d’autres, tout en se battant contre sa hiérarchie. On a déjà vu ça 100x avec le même traitement. De même, le twist final n’est pas franchement très original (surtout que le film porte sur des escrocs)

Néanmoins, j’ai bien aimé la narration croisée (voix off partagée entre tous les protagonistes) et la mise en scène (avec ces zoom particuliers sur les protagonistes) ainsi que l’ambiance, le charme des USA en pleines années 70 fonctionne bien. American Bluff se laisse regarder, mais se laisser aussi rapidement oublier. Je retiendrais à titre personnel Amy Adams (bave…), plus hot que jamais dans ce film, mais c’est assez anecdotique. Un bon décolleté ne faisait pas un chef d’œuvre. Sans être ridicule, jamais ce film n’aurais pu prétendre à l’Oscar cette année. Le film est correct, il manque clairement quelque chose.

Le Verdict: PAS MAUVAIS

Monuments Men (critique)

monuments_men

« Monuments Men » est un film américain de George Clooney, avec Matt Damon, Cate Blanchett, Bill Murray, John Goodman…Il retrace notamment l’histoire des « Monument Men », une escouade formée en 1944, chargée de récupérer des œuvres d’arts volés par les Nazis. Le film s’inspire librement de faits réels.

Le film s’annonçait pourtant bien: un scénario basé sur des faits historiques aussi intéressants que méconnus, un casting cinq étoiles, Clooney à la réalisation (on m’a dit du bien de ses précédents films) et un ptit coté « Inglorious Basterds »..Et malheureusement, c’est le ratage total. Le ton du film est vraiment étrange, on enchaîne des petites scènes comiques, puis des moments dramatiques sans crier gare ! Monuments Men manque continuellement d’envergure et d’enjeux, préférant répéter bêtement que « les œuvres sont importantes pour la civilisation » sans développer d’avantage le propos. Beaucoup de paraphrases donc dans les dialogues, mes profs n’auraient jamais laissés passer ça ! Les personnages n’ont aucune personnalité, si ce n’est celle de leurs acteurs. Jean Dujardin fait du Jean Dujardin. Bill Murray se caricature, etc…Jusqu’à ce type avec des lunettes qui me fait penser à Jamy de C’est pas sorcier ! Quand à la réalisation; elle est molle et plate, et le film ne décolle vraiment pas. Les personnages vont de lieux en lieux, trouvent des œuvres et continuent leur chemin sans que cela ne change grand-chose au récit.

Clooney tente bien de créer un élan dramatique en faisant mourir (ridiculement) certains de ses personnages mais ça ne marche pas. De plus, la guerre ne semble « pas si terrible » dans cette ambiance digne de la 7eme compagnie (et dieu sait que je déteste ce film !). Même les nazis ne sont pas assez…nazis !  La Bande originale n’a rien d’originale, se contente de nous balancer des sonorités sans réel thème marquant.  Je m’attendais à autre chose en allant voir ce film; à quelque chose de plus épique, de plus commémoratif.  Surtout pour un film qui raconte à l’origine une histoire vraie. Le sujet était vachement bien, on oublie souvent quand on traite de la guerre, la mise en danger de cet inestimable patrimoine culturel.  Le film est presque pénible à suivre, pas forcément hilarant et ne nous apprends rien. Visiblement Clooney voulait juste faire un film en costumes avec ses potes. Je préféré quand il fait le café.

(Warning : cette blague a été être faite par tout le monde)

Le Verdict: UN PEU ZÉRO !