Sept destinations idéales pour partir en vacances (virtuelles)

IMG_20130710_100206

Il fait beau, c’est l’été et, à défaut de descendre quelques trafiquants de drogue, la crise économique a eu raison de vos vacances. Cette année, Juillet-Aout se passera en tête à tête avec votre patron Christian dans les bureaux de la Cogip. Mais ne déprimez pas (tout de suite) les consoles actuelles sont peut-être en mesure de vous offrir l’évasion dont vous méritez. Ce n’est pas grand chose, mais il faudra bien s’en contenter. Si vous avez soif de dépaysement, mon agence de voyage vous propose aujourd’hui quelques destinations virtuelles à découvrir.

Côtes de la Thaïlande (Tomb Raider Underworld)

tombraider

Vous êtes fauchés, mais vous avez besoin d’une dose exotisme ? Vous aimez l’Asie ? Alors embarquez en tant que passager clandestin sur le luxueux yacht de mademoiselle Croft en direction des côtes de la Thaïlande. En plus d’être admirablement accompagné par une hôte de rêve en mini-short moulant, vous pratiquerez moultes activités sportives: nage, escalade, randonnée en plein air…Bien sûr, nous sommes en Thaïlande, et vous pourrez assouvir en toute légalité vos plus obscures pulsions : en exterminant des animaux en voix d’extinction au fusil d’assaut par exemple. Ou encore en bousillant à la grenade des vestiges immémoriaux de civilisations disparues. Le voyage propose également la visite d’un temple abandonné gigantesque, parfaitement visible sur Google Earth, mais…mystérieusement préservé du tourisme de masse. Qu’attendez vous, partez donc à l’aventure !

Zack Island (Dead or Alive Xtreme 2, Dead or Alive 5)

doa

Découvrez Zack Island, une île artificielle paradisiaque où se côtoient palmiers et grosses noix de cocos. Plages de sable fin, cascades, piscines, hôtels, casinos, salle de pôle dance (?) cette île regorge de lieux sympas pour se détendre. Zack Island est également réputé pour ces locatrices, adeptes de la chirurgie plastique, de l’exhibitionnisme et des micro-bikinis. Mais ne soyez pas trop hâtifs : il faudra partager l’île avec une horde de touristes japonais, photographiant à tout va les belles poupées la main dans le slibart. Les activités sont nombreuses, mais considérablement ardues. Seul le jet-ski offrira une activité abordable au vacancier moyen. Autres contraintes : la diffusion intempestives de tubes de l’été à chaque coins de l’île, une liberté d’action proche de celle d’un journaliste en Corée du nord, et des tarifs prohibitifs pratiqués par la mafia locale contrôlant d’une main de fer le taux du Zack Dollars. Il faudra donc cracher au bassinet si vous espérez en voir plus. Les chambres d’hôtels sentent un peu le sperme froid, c’est normal.

Hawai (Motorstorm : Pacific Rift)

motor

Une destination qui devrait plaire aux nombreux « teufeurs » qui se rendent chaque année dans des champs boueux pour écouter, drogué et alcoolisés, de la musique techno en bruit de fond. Ici, c’est la beuverie intégrale : au diable les conditions de sécurité, au diable les lois, au diable les maladies tropicales…C’est la teuf ! Vous êtes là pour vous éclater ! Squat et bière Deluxe sont au programme. Le festival Motorstorm, organisé sur l’île, vous permettra de participer à des courses hautement mortelles sur des circuits à la dangerosité incontestable. Chaque course se termine par une avalanche de morts et de disparus, tandis que le gouvernement américain préfère fermer les yeux sur ce spring break tropical. A noter que la compagnie de voyage décline toutes responsabilités en cas d’accident létal.

Baie du cuirassé, Columbia (Bioshock Infinite)

bioshock

Vous êtes un peu traditionnel et révolté par la décadence de notre temps qui délaisse la combinaison de bain rayé au profit du provocant bikini ? Offrez vous un week-end en famille à la baie du Cuirassé pendant vos congés payés ! Profitez de cette magnifique plage artificielle et son ambiance résolument rétro ! Dansez sur le ponton, faites des châteaux de sables, profitez de la musique de bal musette (Il serait dommage de passer à coté du pétillant remix de « Girls just want to have fun« ) …Mais ne vous éloignez pas trop du rivage, vous risquerez de ne plus avoir pied. Et de subir une chute mortelle.

Ibiza (Test Drive Unlimited 2)

testdrive

Comment vous vendre le voyage autrement qu’en vous disant : c’est Ibiza, sans David Guetta. Adepte de l’ambiance « caliente » et des voitures de luxe, nous vous proposons un road trip sur l’île d’Ibiza. Venez participer à de nombreuses courses et tentez de remporter le prestigieux tournoi Solar Crown. Durant vos vacances, vous êtes libre de vaguer à vos occupations sur l’île : conduire, conduire…ou bien conduire peut être ? Achetez des villas, achetez de nouvelles voitures, achetez des stickers pour votre voiture, allez en chirurgie et devenez rousse (?) soyez fous ! Vous constaterez que ce que l’on dit sur Ibiza n’est que pure légende : l’île est aussi festive qu’une veillée funèbre à Guatalamo et ses habitants restent reclus chez eux de peur d’être fauché par un conducteur inattentif. Il ne sera pas donc possible de rouler sur la gueule de quelques Ch’tis de passage. Mais le calme, c’est bien aussi.

Rook Island (Far Cry 3)

farcry3

Partez avec vos amis et votre copine sur les Rook Islands pour des jours de fête, de sexe, et d’éclate totale. Sauts en parachute, sessions de parapente, courses en jet ski, safari, séquestration par un groupe de dangereux psychopathes…Séquestration par un groupe de dangereux psychopathes ????? Si le cadre s’avère paradisiaque, il se pourrait que l’île soit en effet habité par quelques gangs lourdement armés. Mais si votre entourage se trouve kidnappé par un Tyler Durden en tongues, sachez prendre la chose avec philosophie. Ce serait dommage de ne pas profiter de toutes les richesses de l’île, à cause d’un léger contretemps. Le risque de mourir et l’opportunité de participer à un conflit armé en aidant le sosie de Will.I.Am pimentera à coup sur vos vacances. Si vous êtes amenés à avoir des relations sexuelles avec des autochtones, n’oubliez pas de sortir couvert.

Bodhum Plage (Final Fantasy XIII – 2)

FF

Adeptes des couleurs acidulées et des surfeurs aux shorts asymétriques, rendez vous à Neo Bodhum ! Située en bord de plage, cette ville de Cocoon vous permettra de passer des vacances en toute quiétude. S’affranchissant de la loi littoral, les constructions à même la plage donnent un charme certain à l’endroit, et il est ainsi possible de trouver un bar sans trop marcher. Boisson fraîche et soleil font toujours bon ménage ! Concernant les activités possibles, des chasses au trésor sont régulièrement organisés. Il faudra s’en contempler. Même la baignade est étonnamment interdite pour les touristes. Dommage, il aurait été tentant de noyer Hope.

NB : Pour des raisons pratiques, mon article se limite aux jeux de la génération HD. Sinon, je vous aurais vivement conseillé la ville de Costa Del Sol, la place Delfino ou encore le village des sables. Cet article est ouvertement inspiré du dossier du blogueur Serialbutcher intitulé « Ces jeux pour partir virtuellement en vacances« 

Publicités

Retrogaming #01: Team Buddies

IMG_20130711_124135

Team Buddies est un jeu développé par Osiris Studios (Psygnosis) édité par Midway, sorti en l’an 2000 sur PlayStation.

Si ce jeu ne vous dit sans doute absolument rien (et je le comprends) Team Buddies est pourtant un soft qui m’a beaucoup fait jouer à la PlayStation. Je n’ai pas la prétention de vous livrer aujourd’hui un test en bonne et due forme, mais simplement de vous faire partager un éclairage rapide sur le jeu.

Alors Team Buddies (ou « Bandes de potes » en bon québécois) c’est quoi ? A l’époque ou le titre est sorti, j’étais gamin, et je me souviens que nous définitions ce titre comme une sorte de « Worms en 3D » En effet la comparaison n’était pourtant pas si bête que cela: c’était un jeu qui faisait la part belle au multijoueur local. Dans TB, vous contrôlez une équipe de quatre personnages cylindriques et colorées qui devaient exterminer l’équipe adverse, dans une ambiance très délirante. Le but du jeu était simple: vous contrôlez un « buddy », une sorte de patate avec des mains et des pieds, celui-ci arborant fièrement à même la peau la couleur de son équipe(bleu, rouge, jaune…) Vous devez alors développer votre arsenal et votre population pour vaincre les tribus adverses.

buddies2

La base du gameplay repose sur la collecte de caisses. En effet, à certains endroits de la map, tombent des caisses jaunes et rouges. Avec votre personnage, vous devez aller récupérer ces caisses, pour les ramener à votre QG. Ce CG qui vous permet enfin de transformer les caisses récoltés en ressources. Par exemple, empilez quatre caisses sur l’emplacement prévu et vous obtenez un nouveau Buddy (juisqu’a 4 buddies par équipe) Vous pouvez ensuite le contrôler ou lui donner des ordres simples. Suivant le nombre de caisses que vous empilez sur l’emplacement, vous obtiendrez alors différents objets: Mitraillettes, bazooka, grenades, tank, hélicoptère….Il s’agit de créer un maximum de buddies, de les armer lourdement et d’attaquer l’adversaire. Le jeu mêle donc rapidité et stratégie (plutôt simpliste)

Globalement, les arènes étaient bien conçues, assez vastes, avec un emplacement commun d’approvisionnement des caisses qui forçait les confrontations entre équipes. Il y avait différents modes de jeux, celui qui nous amusait le plus était le match à mort a quatre joueurs (via l’adaptateur Multitap ) : tuer tous les buddies des adversaires. Ce qui faisait que, lorsqu’il nous restait plus qu’un seul buddy dans notre équipe, on partait souvent se cacher dans un coin de la map en espérant être oublié par les autres joueurs. Pour pouvoir se « refaire » ensuite ! L’autre mode multi sympa consistait à détruire la base adverse, un peu comme dansFuturCop LAPD. Il existait aussi un mode capture, un mode bombe…

38479

Concernant le mode campagne, je l’ai vraiment survolé à l’époque. Cela peut paraître étonnant car je suis maintenant un grand adorateur des jeux « solo » mais Team Buddies, c’est typiquement le genre de jeux qui étaient pensés pour le multijoueur. Le jeu perdait énormément de son fun en solo. Je me souviens que mon meilleur ami avait néanmoins terminé la campagne, étant fan du jeu Je me rappelle d’ailleurs des cinématiques pleines d’humour qui ponctuaient le mode solo (un humour semblable à la série Lego de Travellers’ Tales) Le scénario, lui, ne volait pas haut: les buddies vivaient heureux dans leur monde paradisiaque, jusqu’au un jour ou des caisses d’armes commencèrent à tomber du ciel. Ce qui entraîna une guerre civile immédiate !

Évidement niveau graphique ça ne cassait pas des caisses. Ah ah ah..désolé. Mais je trouvais que ça tenait clairement la route (compte tenu des limitations de la console). Grâce à une vue « de haut » , les développeurs évitaient habilement le syndrome de « ciel noir » ou brouillard de guerre présent dans quasiment tous les jeux en 3D d’époque. C’était un jeu ultra coloré, clinquant, limite anxiogène, et cette direction artistique contrastait pas mal avec la violence des combats. . Quand à la musique, elle était véritablement gonflante(c’est un party game !)

38478

Team Buddies, voila un petit jeu sans prétentions, mais qui s’avérait être un soft sympathique et hyper addictif pour ceux qui aimaient passer des après-midi entre potes sur la première PlayStation. La bonne époque !