Mon avis (mitigé) sur le PlayStation Plus

playstation-Plus

J’ai testé pour vous le PlayStation Plus. En effet, il y a quelques mois, Sony à proposé à de nombreux internautes de profiter du service PlayStation Plus gratuitement durant un mois. Appréciant décidément tout ce qui est gratuit (je prends TOUT, même les accessoires d’avatar Xbox -genre des chaussettes pour votre personnage-) j’ai sauté sur l’occasion.

Pas de bol, avec la politique dégueulasse de renouvellement automatique pratiqué par un tas d’entreprises actuelles, je me suis retrouvé (malgré moi) inscrit pour trois mois supplémentaires. Dans ce cas précis, Sony ne s’est pas privé de piocher les pièces d’or manquantes directement depuis mon compte bancaire. Cet abonnement forcé prends désormais fin, voici mon avis (et j’ai désactivé ce foutu renouvellement automatique, évidement)

Avant toutes choses j’aimerais vous dire que je trouve le concept du PlayStation Plus vraiment sympa sur le papier: pour 60 euros/an vous avez accès à un tas de jeux complets, plutôt récents (comme Dead or Alive 5 sorti en septembre dernier) et de bonnes réductions sur le PlayStation Store. Les jeux « gratuits » sont des locations, dés que tu ne paye plus, ils ne sont plus accessibles. C’est donc à la fois intéressant pour les gamers plutôt modestes et aussi pour les gros acheteurs. Le seul problème c’est que je n’ai quasiment pas utilisé ce service ! Du coup, je n’en tire pas forcément un bilan positif.

Logo_PlaystationPlusV1_UPS3_520x398

Cet échec dans mon utilisation du PlayStation Plus s’explique pour quelques raisons. Pour commencer, je suis vraiment attaché à la possession d’un jeu. Cela peut paraître débile, mais j’ai souvent du mal à m’investir dans un jeu (le finir, y passer du temps) quand il ne m’appartient pas. Ca doit être psychologique et lié à l’acte d’achat. Par exemple, je me souvient qu’un pote m’avais prêté GTA San Andreas dans ma folle jeunesse, et en un mois j’avais quasiment rien fait du jeu. Et j’étais même pas sorti de la première ville. Quelques mois plus tard, je l’ai racheté et j’y ai passé plus de 60 heures à le finir en long et en large. Quand tu achète un jeu, tu as tendance à vouloir « rentabiliser » ton achat (sauf pour les collectionneurs qui se branlent sur un jeu sous cellophane sans l’ouvrir) Ici, il y avait disponible « gratuitement » tellement de jeux que submergé par l’offre, je n’avais même pas la motivation de télécharger un jeu : déjà parce que c’est long (16go+serveurs en mousse de Sony) d’autre part parce que ce n’est qu’une location.

image-news.php

Et là, le facteur « temps » fini aussi par jouer : Tu sais qu’il te reste X mois pour finir le jeu. Sans quoi il ne sera plus accessible. Et personnellement, cet aspect « compte à rebours » me tue l’envie de jouer d’avance . J’imagine que le type inscrit pour 3 ans au PlayStation Plus ne le ressent pas, mais quand tu ne prends que quelques mois c’est autre chose. Quand j’achète un jeu, je me dis que je pourrais le continuer « quand j’en ai envie ». Je commence un peu le jeu, puis 6 mois plus tard j’ai une grosse envie de m’y remettre et je le lance. Et il m’arrive de ne pas jouer à la console pendant des semaines : par manque de temps. Là, je me dis constamment : « c’est ce week end ou jamais si je veux jouer à Okami HD, après c’est fini ». Et j’aime pas trop me sentir obligé de faire un truc à un moment donné.

Du coup, j’ai téléchargé en 4 mois très peu de jeux « gratuits ». Pire y a des jeux qui me fonds envie à l’achat comme God of War HD collection, qui était disponible sur le PlayStation Plus et que je n’ai même pas téléchargé ! J’attends de prendre la version boite ou une version dématérialise  « à moi » pour y jouer. C’est probablement un peu con comme raisonnement, mais c’est comme ça.

Au final, ce « formidable service » me parait un peu trop superflu, alors que j’ai déjà beaucoup de jeux en cours et trop peu de temps à consacrer au gaming. Quand aux réductions, elles sont généralement intéressantes (elles se cumulent aux réductions « classiques ») mais cela ne vaut sans doute pas le prix d’abonnement, sauf pour les gros gros gamers. Le gamer lambda n’aura à mon sens pas le temps ou l’envie de profiter pleinement du service.

Et vous, que pensez vous du PlayStation Plus ?

Les démos de jeux vidéo, c’était mieux avant !

crashtawnacastle

Derrière ce titre (bien pompeux au demeurant) se cache un vrai ressentiment. Et si les démos de jeux vidéo, c’était mieux avant ? C’est en tout cas mon point de vue actuel. Les effets de la nostalgie me font décidément perdre toute objectivité.

Je me souviens qu’à l’époque de la première Playstation, découvrir un nouveau cd de démo était une vraie joie. Ces démos s’obtenaient généralement via le PlayStation Magazine, et c’était d’ailleurs là son plus gros argument de vente. Quand je voyais le magazine en rayon, je regardais avant tout quelles démos étaient fournies avec. En général, l’illustration sur la jaquette du disque donnait le ton, et semblait crier « Achète moi ! Achète moi ! » à la simple vue d’un Crash Bandicoot orange et tout sourire. Inaugurant du fun en perspective, à petit prix.



Qui ne se rappelle pas de ces fameux Cd de démos, avec souvent ce menu psychédélique et cette musique électronique insupportable qui tournait en boucle ? Ah, quel bonheur ! On pouvait alors choisir via le carrousel virtuel les jeux à lancer. Oui, les « jeux ». Car à l’époque, j’étais encore jeune et un cd de démo, c’était autant de nouveaux jeux pour moi. Des jeux qui ne duraient pas longtemps, certes. Des jeux qui proposaient un contenu limité, certes. Mais quand tu avais dix ans et que ta collection de jeux se résumait à trois boites à moitié cassés, c’était juste génial. Les démos jouables, c’était le saint graal (à l’inverse de ces maudites démos simples, qui étaient en fait des vidéos!) Même la démo de démonstration technique avec le T-Rex, j’adorais la lancer.

260gbpl

Ainsi, j’ai pu passer facilement des heures à jouer à des démos : Crash Bandicoot 2, Overboard, Gran Turismo, Tombi, Pandemonium 2, Tomb Raider 2, Medievil 2…A part les jeux Net Yaroze, je testais vraiment tout, en long et en large. J’essayais de faire durer le plaisir en explorant le niveau à 100 % (La démo de Spyro le Dragon) ou je tentais de faire le meilleur score possible (Tony Hawks Pro Skater 2). Entres potes, on s’échangeaient même les cd de démos, et lors des « après midi consoles », on s’affrontait sur certaines d’entre elles : gros duels The Undertaker vs The Undertaker sur la démo de WWE Smackdown, ou courses endiablées sur MicroMachinesV3. On s’amusait à faire des démos l’un après l’autre, comme par exemple, réussir la démo d’Incredible Crisis (une sorte de QTE avant l’heure)

0-spyro-pose-1

En bref, on appréciait vraiment chaque démos, et ce malgré des jeux présent parfois nazes. Mais quand tu es plus jeune, tu est moins regardant. Ainsi, mon frère avait demandé à mes parents G-Police  parce que l’on jouait énormément à la démo du jeu. Une fois le jeu en main, on arrivait même pas à passer le premier niveau !

J’ai ensuite continué sur PC, notamment via le magazine PC JEUX, qui fournissait à chaque numéros, un jeu complet (genre Civilisation II) et un cd de démos et de sharewares. Déjà moins marquantes pour moi, je me souviens tout de même d’avoir pas mal joué à la démo de Dark Earth (qui annonçait un jeu vraiment énorme) et LittleBigAdventure 2.

10_metalgear2_PS2

Viens ensuite pour moi la période PlayStation 2, et le début de la fin. S’il serait fou de ne pas citer la fameuse démo jouable de Metal Gear Solid 2 (une vrai claque, à tous les niveaux !) les dvd de démos du PlayStation 2 Magazine m’ont bien moins marqués.

Désormais adolescent, je me renseignais déjà beaucoup plus sur les jeux à venir, et hormis certains gros titres, je ne prenais pas le temps d’essayer toutes les démos proposés. Pas envie. Quand une démo me plaisait (God of War I et II, Tomb Raider Legend…) au lieu d’être content, j’étais frustré. Car je n’avais pas le jeu : mais un misérable échantillon ! Je n’avais plus la sensation de découverte, comme à l’époque de la première Playstation, je savais à quoi m’attendre avant de lancer la dite démo.

medium_playstation_store_old

Arrivé sur PlayStation 3 et désormais adulte (du moins légalement, parce que dans ma tête c’est encore de la bouillie) je me réjouissais alors de la présence du PlayStation Store et sa promesse : proposer gratuitement un tas de démos jouables. L’occasion de tester un maximum de jeux et d’évaluer le cap graphique de cette fameuse génération HD. Je téléchargeais en 2007 même la plus naze des démos, pour espérer voir un maximum d’effets « next-gen » (peau huileuse, brillance de partout…) Cette période à duré quelques mois, avant que l’euphorie ne retombe violemment. Une fois la curiosité visuelle passée, je me suis rapidement désintéressé des démos, sauf exceptions (Heavenly Sword, Killzone 2…)

A l’heure d’aujourd’hui, je ne télécharge quasiment plus aucunes démos. Je trouve ça peu excitant car il s’agit souvent d’un niveau déjà présenté 300x lors des salons (E3, TGS, etc…) Pire, il m’arrive de télécharger des démos de jeux qui m’intéressent. De la lancer, d’y jouer même pas dix minutes et de me dire « Ah mais ça me soûle, j’arrête ! » J’ai du télécharger moins de dix démos l’année dernière. En fait, le coté « sacré » de la démo s’est pas mal noyé dans le fait que désormais, je possédé beaucoup de jeux, j’ai de moins en moins de temps et surtout, je m’émerveille bien moins facilement pour si peu.

Et vous, quels souvenirs avez-vous concernant les démos jouables de jeux vidéo ?